Si vous lisez ces lignes, vous n’êtes pas normal. Vous appartenez à la minorité de l’humanité qui a un emploi stable, accès à la sécurité sociale et qui en outre profite d’une considérable liberté politique. A la différence de 860 millions de personnes vous savez lire, et dépensez plus de 2 euros par jour. Le pourcentage de la population mondiale qui combine tous ces critères est inférieure à 4%.

En cause …nos achats. Ils créent et entretiennent certaines catastrophes du monde en développement. Si tous les habitants de la planète vivaient comme des Européens, nous consommerions 3 planètes, et en suivant le mode de vie américain, près de 6 planètes.

Avec une croissance de 2 % par an nous consommerons 30 planètes en 2050. La société de consommation n’est pourtant pas généralisée à la planète et est déjà insoutenable.

Les inégalités que notre surconsommation crée

  • La faim dans le monde. Bien plus que par un manque de production alimentaire, la faim s’explique par la dépossession des populations locales de leurs richesses et de leurs emplois à notre profit.
  • L’inégalité du capitalisme: les 500 personnes les plus riches de la planète possèdent un revenu plus important que les 416 millions les plus pauvres. Ce qui cause la mort de 1200 enfants dans le monde toutes les heures.
  • Les pays riches consomment 80% des ressources naturelles de la planète, alors qu’ils ne représentent que 20% de la population mondiale.
  • Les pillages du sud pour l’activité et la consommation du nord : Coltan, pétrole, nucléaire.

Nous consommons toujours plus dans tous les domaines et pourtant le bonheur qui nous est promis par la publicité semble toujours à conquérir…Cette perte de sensibilité est grave dans la mesure où elle nous déconnecte des autres, de la nature et finalement de nous-mêmes. L’abondance omniprésente nous coupe du réel. Nous sommes bercés de douces illusions alors que les scientifiques du monde entier ne cessent de crier à la catastrophe présente et à venir.

Le capitalisme est dans une logique d’accumulation sans limites. Le mur physique des écosystèmes et la destruction de l’être humain dans tous ses états.

Il est temps d’arrêter cette inertie idéologique: croissance = progrès humain.

La récente évolution industrielle, n’est étendue que sur les 250 dernières années et plus particulièrement pendant les  » 30 glorieuses  » (1945 à 1974). On doit observer que le productivisme, et que les succès technologiques  se sont souvent accompagnés de catastrophes environnementales et sociales.

Exemples

  • Les moyens de transports en surabondance : guerre du pétrole et pollution, sédentarité, embouteillages de plus en plus grands.
  • Agriculture intensive : déforestation, emploi de pesticides dangereux, appauvrissements des sols, gaspillage de l’eau.
  • L’élevage intensif : déforestation, pollution, maladies pour les animaux et les humains, érosions des sols, pour les poissons : disparition des espèces.
  • Production intensive des biens de consommations : pillages des ressources des autres pays, déchets, réchauffement climatique.
  • Des pathologies environnementales augmentées de + 35 % à 60 % en 20 ans : allergies, asthmes, cancers, perturbations endocriniennes (du système hormonal et appareil reproductif, obésité, diabète, stress chronique.)

Sans compter les conséquences planétaires du réchauffement climatique : la montée des eaux, d’importants mouvements de population, violences et guerres, réduction de la biodiversité, la guerre de l’eau.

La survie du genre humain est menacée par sa propre activité. Car nous épuisons les ressources mondiales avant leur renouvellement. La capacité des écosystèmes à assurer notre futur n’est plus acquise…

Conclusion

Mettre en place des actions individuelles et collectives pour changer volontairement aujourd’hui ou subir les changements dramatiques qui nous seront imposés…

Des solutions ? : Lisez l’article sur la décroissance.

Sources :

« La décroissance pour tous » de Nicolas Ridoux, PARANGON Editions, 2011.

Illustrations : Eduardo Salles

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Elodie