Cela fait maintenant 4 ans que j’ai limité ma consommation de viande. Je n’ai pas réussi à tout arrêter, c’est pourquoi je mange encore du poulet et de la dinde. Je suis ce qu’on peut appeler une Flexitariste. Je mange du poisson, des crustacés également, des produits laitiers, et des oeufs. Mais cela ne m’a pas empêché de découvrir les alternatives végétariennes.

Manger moins de viande est facile. Plusieurs possibilités s’ouvrent à vous…peu importe ce que vous choisirez, la seule solution pour limiter les impacts environnementaux et sanitaire est de limiter notre consommation. 55 milliards d’animaux tués par an dans le monde et ce chiffre grimpera à 110 milliards en 2050. Il est urgent de limiter notre consommation.

Jeudi Veggie

La première initiative que vous pouvez prendre et d’après moi la plus facile pour commencer : Le jeudi Veggie. Instauré par l’asbl EVA, il préconise un jour par semaine de total végétarisme. Vous pouvez trouver sur le site Un jour sans viande tous les bons plans resto, des documentaires pour vous convaincre d’être acteur du changement, des idées recettes. Vous sauvez la vie de 250 animaux si vous suivez cette initiative toute votre vie durant.

Flexitarisme

Adoptez le flexitarisme  ou semi-végétarisme ou encore un végétarien qui mange occasionnellement de la viande. Vous faites constamment attention à votre consommation de viande, mais parfois vous en achetez, ou vous en mangez chez des amis ou dans la famille. Si vous avez envie de manger de la viande de temps en temps, (d’une fois par semaine à 1 fois par mois en moyenne), sachez qu’il existe des Coopératives d’élevages non industriels, comme par exemple Coprosain. Choisissez un boucher qui ne vend que des viandes de pâturages, des poulets élevés en plein air. Refusez la viande industrielle.

Pesco-végétarisme

Vous ne mangez aucune viande terrestre, mais vous consommez du poisson et des crustacés, également du lait et des œufs. Sachez également que les élevages de poissons sont aussi nuisibles pour les poissons eux mêmes, pour l’environnement également et aussi pour votre santé. Tout comme les animaux terrestres ils sont mutilés, maltraités et souffrent.

Le pesco-végétarisme est néanmoins une étape idéale pour apprendre à consommer, cuisiner et connaître les protéines végétales et passer petit à petit à une alimentaton végétarienne.

Végétarisme

Le végétarisme en question : la définition la plus large du végétarisme correspond à l’ovo-lacto-végétarisme, la forme la plus fréquente en Occident, qui consiste à consommer du miel, des œufs, du lait. Là encore soyez nuancé. N’achetez pas n’importe lesquels. Des bios et des œufs de poules élevées en plein air. Achetez plutôt du lait de ferme, ou au moins du bio. Je ne dois pas vous rappeler la vie des poules de batteries, et des vaches à lait de production industrielle…Quant au miel, pour des raisons évidentes, choisissez du bio et encore mieux, issu du commerce équitable…

Certains chefs mettent d’ailleurs beaucoup de créativité pour nous proposer leurs recettes !

Végétalisme

Et pour terminer le végétalisme : aucune nourriture animale ou qui provient des animaux. On ne devient pas végétalien du jour au lendemain, il faut le faire en douceur et que cela soit une décision mûrement réfléchie. Il faut en effet se battre sans cesse contre le règne oppressant des carnivores, apprendre à équilibrer son alimentation et à avoir les bons réflexes. Il existe assez de livres, de sites, de magasins, pour que vous ne manquiez de rien, cela vous demandera un temps d’adaptation.

Peu importe ce que vous choisirez, l’important est de faire un effort. Pour vous, pour donner à vos enfants une chance de vivre dans un monde préservé et plus juste. Ne restons pas dans l’ignorance. A vous de jouer !

Et vous, quel est votre régime alimentaire ? 100% viande ou part time végétarien ?

 

Elodie