Il y a de cela une quinzaine de jours,un mois et demi (Dieu le temps est passé trop vite) je vous avais parlé de la première partie du livre en expliquant les grands concepts clefs.

Aujourd’hui, je vais vous parler de la scolarité des enfants Indigos, leur ‘adolescence, de leur vie d’adulte, leur parentalité mais aussi vous parler des trucs de survie en société.

La scolarité

Le système hiérarchique qui tend au professeur à être la seule figure du savoir et aux élèves à l’écouter en respect et en silence est pour lui complètement obsolète et infondé. Pour lui, le savoir se base sur l’échange et la participation. Le système de notes donné par un seul individu à toute une classe n’offre qu’une jugement partiel des capacités totale de l’enfant. Hors, Il déteste l’injustice. La compétition constitue un des mécanismes centraux : la meilleure note, le plus fort, l’accès aux privilèges, engendrant une certaine forme de violence…cela lui échappe totalement. Le système d’apprentissage fait appel à la partie rationnelle et intellectuelle du cerveau, alors que l’enfant utilise ses 5 sens. Heureusement on voit de plus en plus des écoles dites à Pédagogie Active ou Montessori, ayant compris ce principe fondamental, pas seulement pour les enfants Indigos qui y sont encore plus sensibles, mais pour tous les enfants. De plus il y a l’impossibilité d’apprendre à son rythme dans des écoles qui sont obligée de donner le même programme pour tous et d’obtenir du rendement. 

L’adolescence

Les enfants Indigos devenus adolescents éprouvent une grande difficulté à s’intégrer dans la société et rêvent de paradis perdus. Ils ont peine à s’ancrer dans notre monde et sont donc adeptes des paradis artificiels. Emotifs, ils sont instables psychologiquement, ils ont besoin d’une activité artistique et aussi de se dépenser physiquement en gardant des contacts sociaux.

La vie d’adulte

On devenant adulte l’enfant Indigo se sent un peu comme un extra-terrestre. Il se sentira mal à l’aise dans la société, et sa vie est souvent rythmée de prises de conscience. Il a besoin de cohérence, avec des hobbies, des activités, un travail, un cercle d’amis qui sont en accord avec ses valeurs. Ce qui n’est pas toujours évident…

La parentalité

Trucs et astuces pour élever un enfant Cristal. Entant qu’être humain avec son caractère propre, il a beaucoup à nous apprendre sur la façon de percevoir la vie. Il faut garder en tête qu’il ne demande qu’a évoluer et que nous sommes là pour l’accompagner. Dans cette optique, il faut oublier les punitions, il ne rentre pas dans ces jeux-là. Pour lui, punition et récompense viennent de la même source d’énergie, la domination. Il faut donc privilégier la motivation et le jeu, la communication, l’écoute, l’accueil , l’humour, l’amour pour que la relation soit basée sur l’entente mutuelle et non sur la supériorité. Ne pas l’obliger à faire ce qu’il n’aime pas mais plutôt à choisir ce qu’il préfère faire, car il a le droit d’émettre un choix. Lui poser des limites claires et précises, et lui expliquer pourquoi on dit non.

Quelques trucs de survie

Voici un résumé des quelques trucs de survie donnés par l’auteure.

Transformer sa sensibilité en atout

La sensibilité est naturelle, le fait de l’occulter ne l’est pas. Il faut être soi-même et vivre son intelligence émotionnelle.C’est une grande chance d’être sensible, mais il faut apprendre à s’ancrer. Avoir des racines comme un arbre vous permettra d’affronter les tempêtes.

Survivre en société

Si la société dans laquelle nous évoluons ne vous plaît pas, observez-la, tentez de la comprendre, prenez du recul. En se plaçant en tant qu’observateur, vous serez moins touché, ou révolté par tout ce qui s’y passe. Depuis votre coeur, votre centre d’observation, vous en verrez des choses. Ces enseignements sont riches. Dans cette forteresse ouverte à tous, vous vous sentirez plus fort et protégés et les évènements extérieurs laisseront moins de traces sur vous.

Pardonner et aimer ses vieilles casseroles

Sous le terme de vieilles casseroles on entend :

  • Notre karma et nos vies antérieures
  • Le lien de sang avec tous nos ancêtres
  • Les liens de mariage
  • Les mémoires de la terre sur laquelle nous sommes incarnés

Quand une image ou une nouvelle nous fait réagir avec de la colère ou de la révolte au lieu d’envoyer tout ça dans l’univers, il faut avoir le réflexe du recul. Il existe une immense mémoire cosmique dans laquelle est contenue l’histoire de l’humanité et de chacune de ses âmes. Vous avez la possibilité d’envoyer de l’amour au lieu d’y envoyer des larmes et d’y ajouter aussi le pardon. Cela fera de vous un Guerrier de Lumière.

Un lieu sain

D’une manière générale, éviter les lieux pollués par les ondes magnétiques, les antennes GSM, les lignes de trains ou hautes tensions. Mais aussi avec une mémoire lourde (cimetière, champ de bataille). Des sons qui agacent (aéroport, autoroute), des odeurs incommodantes… Vous devez avoir la possibilité de vous centrer et de vous poser sans lutter contre tout ça.

Regarder ce qu’il y a dans son assiette

Tout n’est qu’énergie et lumière, vous, moi, la nature, les animaux, la nourriture, la matière à part entière. Cette lumière peut s’accompagner de charges de plusieurs natures :

  • Des émotions et des tensions (vécues par les animaux abattus)
  • Des molécules dénaturalisées perçues négativement par l’organisme (pesticide, OGM, conservateurs…)
  • Des mémoires contenues dans la terre ou dans le lieu d’entreposage
  • Les annotations négatives sur l’emballage
  • Les croyances négatives attribuées à certains aliments.

Toutes ces charges apportent de la lourdeur dans votre estomac.

Être cohérent

Être acteur et non victime de sa propre vie.

  • Choisir un métier qui a un sens pour vous
  • S’entourer de personnes avec la même vision du monde
  • Prendre soin de son corps et le nourrir sainement
  • Partager sa vie avec quelqu’un qui nous rend heureux
  • Dire ce que l’on aime ou ce que l’on n’aime pas
  • Évoluer dans des lieux qui font du bien
  • Se soigner avec des remèdes qui respectent la nature
  • Agir en respectant les éléments qui nous entourent.

Éviter les lieux de grande perdition

Ils nous font sentir décalés, acides, électriques, éparpillés. Si vous ne pouvez les éviter, comme les centres commerciaux, les monuments chargés d’histoires, les soirées Jet-Set, suivez ces 4 règles :

  1. Prendre du recul. Ne vous laissez pas happer.
  2. Penser à respirer. Ne vous laissez pas envahir par le stress.
  3. Se centrer. Placer le centre de toutes ses actions dans sa poitrine, son ventre ou son bassin. L’intelligence cellulaire, infiniment plus vaste est présente partout en nous.
  4. Sourire aux gens et leur dire bonjour. Renvoyer une bonne énergie et la recevoir en retour

Ritualiser sa vie

Sans rituels, les êtres éveillés ne cessent d’avancer, sans repos. Voici quelques exemples de rituels

  • La première chose que nous faisons de la journée comme la dernière donneront une note importante à ce qui vient ensuite. Vous pouvez commencer par sourire à vous- même pour avoir une bonne énergie de base.
  • Saluer tout ce qui nous apporte de la joie à notre présence sur terre.
  • Remercier la nature pour vos repas
  • Faire un point au moment du coucher sur ce que le journée nous a appris.

Il existe aussi des rituels saisonniers ou annuels, les rituels de passages de vie (naissance, premier jour d’école, puberté…)

Mais aussi des pistes pour éviter la victimite aigüe, pour avoir de l’empathie et de la compassion, pour former un couple sincère et complice, pour avoir une sexualité épanouie.

Ces chapitres étant complexes et très détaillés, je vous invite fortement à la découvrir dans le livre !

J’espère que ce compte-rendu vous aura plu. N’hésitez à lire le livre car il est évidement beaucoup plus complet, vous allez adorer j’en suis sûre !

Source : Joëlle Chautems. Être Indigo sans avoir le blues. Éditions Favre.

Elodie